2020 – Mexique

EXCEPTIONNELLEMENT UN AVANT-PROPOS

Nous sommes le 8 avril 2020 et je suis assise dans « ma campagne », à Saint-Maur-des-Fossés, à environ 20 kilomètres à l’Est de Paris. Je l’ai achetée il y a exactement vingt ans. Ma meilleure amie Mireille avait attiré mon attention sur le fait que dans son immeuble (derrière lequel elle vit dans une petite maison avec terrasse et jardin) une « studette » de 10,5 m² serait disponible. Et comme je cherchais un moyen de m’évader de Paris, qui était déjà souvent insupportablement chaud en été, je me suis jetée dessus immédiatement. Un tel petit paradis est appelé un « pied à terre » dans ce pays. Et c’est exactement UN pied que je peux mettre à terre quand je sors de mon lit (qui est collé au plafond pendant la journée) car les bras tendus, je touche les murs.

Mais j’ai tout ce dont j’ai besoin : un bureau sous le lit, une bibliothèque et une box avec télé, internet et téléphone. Derrière le rideau, il y a une mini-cuisine avec deux plaques de cuisson, une armoire et un petit frigo, et une salle de douche avec vue sur le jardin. Je m’occupe de lui depuis vingt ans. Il ne ressemblera pas à la photo ci-dessous avant le mois de juin, mais tout ce que l’on peut voir (à part les arbres en arrière-plan), je l’ai planté moi-même et chaque jour, ce jardin est un immense plaisir pour moi!

De ma fenêtre sur rue, je vois la Place des Marronniers qui est actuellement déserte. Les boulistes qui s’amusent ici par n’importe quel temps, sont confinés – tout comme nous !

Nous ne pouvons faire nos courses que dans les magasins autour de la place, mais on a de la chance là aussi : il y a un boulanger, deux superettes, une coiffeuse, une esthéticienne, un boucher et une pharmacie – tout y est. C’est pourquoi nous sommes revenues ici directement de l’aéroport de Roissy le 26 mars, après un voyage plein de surprises.

NOPOLO

Il n’y a rien à faire : ces longs vols – de Paris à Los Angeles et de L.A. à LORETO – sont toujours épuisants même si, cette fois, nous avions assez d’espace pour nos jambes dans les deux avions. Après 14 mois de « Gilets jaunes », après trois mois de grèves à cause de la réforme des retraites de Macron et maintenant à cause du virus depuis fin janvier, les avions sont à peine aux deux tiers pleins. Nous ne serions pas parties si nous avions pu imaginer à quelle vitesse cette pandémie se propagerait. Mais ce voyage n’est pas un séjour ‘plage et cocotiers’ car nous avons un objectif très précis : aller voir les baleines bleues, qui se déplaceront d’ici au Costa Rica et au Guatemala vers la fin du mois de mars. Nous aimerions bien les voir avant leur départ!

Quand nous nous trouvons avec notre voiture de location (un super SUV pour une somme ridicule) après une longue recherche dans cette colonie où toutes les maisons se ressemblent (car il n’y a quasiment que deux modèles différents) enfin devant la nôtre, nous sommes plus que soulagées et surtout très fatiguées! Hier – à cause du décalage horaire de 8 heures – nous avons eu un lundi de 30 heures …

LA MAISON

Tracy et sa femme, mes partenaires d’échange, ont séjourné dans mon appartement à Montmartre l’été dernier. Il nous a envoyé un « guide de la maison » très détaillé. Nous sommes néanmoins surpris par sa maison, car elle est divisée en deux appartements qui ne sont reliés que par un escalier EXTERIEUR.

Cela nous obligera à nous envoyer un Whatsapp tous les matins pour voir si l’autre est réveillée. C’est drôle, car c’est une « première fois », que nous n’avions jamais encore vécue. On aime beaucoup.

Même chose pour nos petites valises cabine que nous avons remplies pour un séjour de deux semaines ce qui se révélera très utile. Lors de notre dernier voyage à L’Ile Maurice, j’avais à nouveau pris beaucoup trop de vêtements. Cette fois, en plus du jean / pull / trench de voyage, j’ai opté pour deux pantalons et shorts blancs ainsi que dix hauts légers et un cardigan. La robe et le maillot de bain auraient été superflus, mais je ne pouvais pas le prévoir. Nous nous installons donc, chacune dans sa chambre (avec salle de bain spacieuse).

J’ai la terrasse à l’étage avec vue sur la mer, et au RDC, il y a assez d’espace pour le salon et la cuisine avec coin repas.

Tout est impeccable, mais le frigo est vide car Tracy n’est pas venu depuis longtemps et n’a pas eu d’invités avant nous. Nous cherchons alors un magasin où nous pourrions acheter du pain, du beurre et du fromage pour le petit-déjeuner de demain. Cela suffit pour le moment (nous avons toujours notre café et notre thé avec nous, ainsi que le sucre gentiment chipé à Air France). Le supermarché peut attendre demain.

LE LIEU

Ce qui est étrange, c’est qu’ à part des jardiniers mexicains qui arrosent et posent des pierres, qui enlèvent les mauvaises herbes et qui plantent des

cactus, nous ne rencontrons personne … sauf les agents de sécurité mexicains. On les trouve partout, armés de talkies-walkies sur leur vélo, ils patrouillent systématiquement dans toute la petite ville – qui est bouclée par des barrières la nuit !

Heureusement, l’un d’eux nous sauve la mise quand nous nous trouvons devant notre porte ouvrant sur la cour qu’on n’arrive pas à fermer, car Tracy a oublié de nous indiquer comment le faire dans son guide ! C’est une serrure à combinaison et nous avons entré la bonne pour ouvrir la porte tout à l’heure. Le responsable de la sécurité nous montre maintenant comment la FERMER. Le secret de ce système: TOUTES les maisons ici ont la même serrure et apparemment nous ne sommes pas les premiers clients à vivre ce moment crucial… Bien sûr, la combinaison de chaque maison est différente et elle est en plus souvent changée, mais au début, nous trouvons étrange que nous ne puissions pas verrouiller nos appartements lorsque nous partons. Il n’y a pas de clés – aucune porte de la maison ne se verrouille.

PITTORESQUE OUI, MAIS …

Nous nous promenons dans cet étrange décor de cinéma à la mexicaine et sommes de plus en plus étonnées: du fait que les maisons sont si proches les

unes des autres que l’on peut entendre l’homme tousser de l’autre côté de la rue dans la maison ! Du fait que les petites ruelles sont cliniquement propres mais pour la plupart désertes, et que la rue principale est calquée sur la croisette de Cannes avec des palmiers de toutes tailles.

Et quelle folie de poser cette « ville » artificielle entourée d’une CEINTURE composée de quatre terrains de golf différents dans ce désert où il n’y a que des montagnes nues et des cactus ! Bien sûr, cela crée des emplois pour les Mexicains, mais écologiquement c’est indéfendable. Il est vrai qu’il y a trois ans, à Princeton, nous avions déjà réalisé que Donald Trump n’en a rien à faire de l’environnement – cette enclave prouve qu’il est loin d’être le seul.

À droite de ma photo, l’herbe normale, à gauche le « green » qui a été arrosé avec beaucoup d’eau. Mis à part quelques joggeurs et cyclistes, nous ne voyons que des gens qui se déplacent dans les petites voiturettes de golf – ou dans des voitures énormes. « On » se promène sur la plage, basta. Celle-ci est recouverte de sable noir, car la péninsule BASSE CALIFORNIE DU SUD était autrefois une zone volcanique. Nous descendons à la plage, mais il faut faire très attention pour ne pas se prendre une balle de golf venant de loin.

Nous trouvons une petite superette, dans laquelle il y a – chouette – de la moutarde française et un Sauvignon très correct. Ensuite, nous marchons jusqu’à l’hôtel ***** étoiles avec une piscine ouverte à tout le monde – résidents et invités – mais l’eau est encore beaucoup trop fraîche pour nous.

Nous continuons notre promenade.

Oui, il y a des coins idylliques ici!

Mais il n’y a pas de vie – et cela nous manque! Cependant, il y a aussi de bonnes surprises. Par exemple, juste à côté du « Centre communal », dont les résidents sont très fiers, nous avons trouvé une jolie salle agréablement meublée qui est une bibliothèque publique. Personne n’est là pour la garder, wow! Les toilettes sont étincelantes – et il y a même une bouilloire et du thé à disposition. Il vous est uniquement demandé de remettre les livres empruntés à leur place par ordre alphabétique. C’est ce que j’appelle le sens CIVIQUE américain qui nous fait tant défaut en France.

Deuxième surprise, le jour où nous voulons explorer Loreto, la ville voisine. Un peu avant de quitter notre village pour rejoindre la route principale, nous découvrons quelques étals de locaux avec leurs produits: des œufs frais (très petits mais aussi très bon marché), des légumes merveilleusement tendres qui donnent envie de cuisiner rien qu’en les regardant – et surtout des asperges vertes TRES fines, cultivées dans les plaines près du Pacifique à seulement 70 km d’ici! Nous en achetons un bon paquet, ainsi que des fruits et de petites olives locales pour les prochains jours. Si les Mexicains ne répondent pas à mon anglais, j’essaye l’italien et je m’en tire généralement assez bien 🙂

LORETO

Il n’y a qu’une seule route principale sur cette péninsule. Elle va de la ville de TIJUANA au nord à LA PAZ au sud. Il y a peu de circulation et les dingues de la vitesse sont rares. C’est cool. <il est facile de se garer n’importe où en ville. Mi n’a donc aucun problème avec notre SUV, elle n’a jamais conduit une si grosse voiture automatique et s’en sort avec brio.

Après avoir acheté le stock de base alimentaire pour les dix prochains jours au supermarché de la ville, voici le  » Malecon » de Loreto:

Il est vide à part quelques joggeurs. Les Mexicains travaillent, et les touristes sont visiblement tous ailleurs. Nous nous rendons dans le centre historique de la ville et apprenons au musée que cette colonie a été fondée par des jésuites à la fin du 17ème siècle.

Il y a un magnifique hôtel avec SPA que nous prenons tout d’abord pour un magasin d’antiquités, et de nombreux cafés et restaurants charmants, qui attendent tous les clients comme le Messie…

Nous nous promenons sous ce beau « dôme » vert jusqu’au musée et

ensuite nous cherchons une agence de tourisme qui propose un tour en bateau pour observer les baleines. La troisième agence, « Sea & Land », sera la bonne. Elle est considérablement moins cher que celle de Nopolo et en plus, seuls des petits groupes sont admis dans les bateaux. Leur nombre par jour et par baie est également beaucoup moins élevé que, par exemple, à l’Ile Maurice, où une trentaine d’embarcations se trouvait TOUS les matins à huit heures trente dans la seule baie où il y a des dauphins (c’est pourquoi nous y avions renoncé).

Nous demandons quel est le meilleur jour au point de vue météo. On nous assure que si le temps change ou si les baleines sont parties d’un seul coup (les baleines bleues s’en vont toutes en même temps !), nous serons immédiatement averties par SMS. Notre visite va durer environ 6 heures, pique-nique à bord compris, tout ça pour seulement 103 €. Nous rentrons toutes guillerettes. S’ensuit une petite promenade dans Nopolo — où tout à coup, nous entendons parler français !

MÊME UN BISTROT ICI

Je m’en doutais ! Là où il y a de la moutarde et du vin français dans un coin aussi reculé, il doit y avoir des Français aussi … Il y en a même quatre, toute une famille nantaise, qui a préféré émigrer ici parce qu’ils devaient payer trop d’impôts en France.

Ici, nos enfants peuvent grandir en toute sécurité.

Emmanuelle, son mari et ses deux filles ont emménagé ici il y a deux ans et demi avec armes et bagages et ont ouvert le «Bistrot à la Mer». Il y a juste un plat du jour chaud à midi et seulement des assiettes froides le soir, avec du vin d’ici, bien sûr. Il y aura de la musique demain soir. Nous promettons de revenir. Et sommes les premières et seules dans la petite salle le lendemain soir à 19 heures. La chanteuse et son mari, qui l’ accompagne à la guitare et chante souvent la deuxième voix, n’arrivent qu’une demi-heure plus tard. Pendant que nous savourons l’assiette de poisson (pour moi) et de saucisses (pour Mi), les deux s’installent et commencent; au début seulement en espagnol, plus tard, quand les Américains arrivent peu à peu, aussi en anglais. Les gens de la table à notre gauche parlent trop fort – malgré la musique live! Comment j’aimerais aider ma jeune collègue en adressant quelques mots bien sentis à ces malpolis. Mais, à sa demande, je ne fais que de chanter avec elle «La vie en rose» et nous récoltons un tonnerre d’applaudissements. Entre-temps, toute une tablée de gens de Vancouver est arrivée et eux, ils mettent de l’ambiance, dansent sur la musique qui devient de plus en plus enjouée et la soirée se termine vraiment bien.

Dimanche matin: Marché à LORETO, un peu à l’écart du centre, pour que les gens puissent se garer. Il est coloré, pas seulement par les légumes, les fleurs et les fruits

mais aussi par les vêtements et les nombreux articles ménagers. « Notre » Claude François chante autant qu’il le peut en espagnol et nous achetons des tomates merveilleusement charnues, des jeunes carottes tendres et des pommes de terre – il n’y a pas de « bio » ici mais tout a le goût des bons légumes!

LE JOUR J

Je me suis levée tôt, à 6 heures, et j’apprécie la belle vue sur les montagnes lors de notre départ.

Exactement à 7h30, nous sommes en compagnie de huit Américains devant la sculpture « baleine avec bébé » à Loreto. On commence de suite à bavarder.

Le groupe est ici depuis une semaine, logé dans un hôtel de Loreto et ce n’est pas leur première observation des baleines, car ils sont déjà allés voir les grises qui nagent dans le Pacifique. Un quart d’heure plus tard, nous sommes dans le bateau, enfilons nos gilets de sauvetage – et sortons les pulls et les coupe-vent de nos sacs à dos le plus rapidement possible, car le vent du matin est vraiment froid. Affublée ainsi, je ressemble à un boxeur…

Notre capitaine dirige le bateau d’une main ferme « d’enfer » car le voyage vers les baleines prendra au moins une bonne heure.

Nous voguons dans le GOLFE DE CALIFORNIE (MER DE CORTEZ) et longeons la côte. Nous apercevons Nopolo de loin et de l’autre côté la grande mais inhabitée ISLA CARMEN. Il faut passer entre celle-ci et celle de la petite « île dansante » (ISLA DANZANTE) pour se rendre au PARC NATIONAL MARIN, où les baleines et les dauphins arrivent chaque hiver pour se reproduire. Elles savent qu’elles ne sont pas « chassées » ici, seulement observées avec des jumelles. Chaque fois que le capitaine arrête le bateau et arrête le moteur, cela veut dire: ouvrez les yeux, fermez la bouche ! Au début, il ne se passe pas grand chose, nous voyons juste quelques pélicans brun-noirs et de temps en temps un dauphin.

David, notre guide, le seul à rester debout sur le bateau à côté du capitaine, (pendant que nous sommes tous assis et repartis des deux côtés selon le poids !) nous raconte que ces deux espèces d’animaux aiment se rassembler pour pêcher. Et puis, tout à coup, tous les Américains avertis sortent leurs jumelles (malheureusement, on n’y a pas du tout pensé, ZUT !) Parce que là – très loin devant nous – quelqu’un a repéré une baleine. C’est la deuxième plus grande au monde, un FINWALE qui peut mesurer 27 mètres de long et peser jusqu’à 80 tonnes. Ces animaux géants ne remontent à la surface que pour respirer environ toutes les 20 minutes. Il faut donc être très patient car avec une longueur de près de 30 m, ils peuvent très rapidement se trouver à un endroit complètement différent de celui auquel vous pensez. C’est un exploit de s’asseoir dans ce petit bateau qui bouge tout le temps avec la caméra à la main, puis d’appuyer EXACTEMENT sur la gâchette à la seconde près où la baleine apparaît!

Hélas – malgré mon petit téléobjectif – je ne capte que son dos de 17 mètres. Et jamais vraiment la nageoire caudale si photogénique ! Je demande courageusement à David pourquoi il en est ainsi et il me répond de manière très neutre: parce que ce type de baleine aime soit plonger profondément, soit – voir la photo – nager en surface. Quand elle lâche son souffle dans les airs (et disparaît à nouveau immédiatement !), c’est un son unique, que je n’arrive absolument pas à décrire. Chaque fois je retiens mon souffle et je suis consciente de la chance que nous avons de pouvoir assister à ce spectacle, surtout par un temps si merveilleux.

Notre petite équipe est très silencieuse chaque fois que le bateau s’arrête et que seul le bip de la radio se fait entendre. Quand le capitaine reçoit un appel, il remet immédiatement le moteur en marche pour nous emmener très rapidement à l’endroit où se trouvent les baleines bleues. Soit dit en passant, elles ne sont pas du tout bleues, comme nous l’explique David, mais « argent scintillant », tandis que les rorquals communs sont bleu-noir. David est irlandais, écologiste dans son pays d’origine et vient à Loreto en tant que bénévole trois mois par an pour observer les baleines – c’est bien plus qu’un passe-temps pour lui !

UN MOMENT UNIQUE

Nous entrons dans une très grande baie à côté de l’île de Carmen, où nous voyons une énorme nuée de pélicans. Ils ont tous le même long bec mais chacun a un ‘bonnet’ coquet de cheveux duveteux sur la tête, les couleurs allant du rougeâtre au gris, violet et noir. Les coiffeurs seraient inspirés…!

Et tout à coup – on peut vraiment dire «out of the blue » – notre bateau est entouré de CENTAINES de dauphins qui pêchent leur déjeuner avec les pélicans. David crie que c’est un miracle qui se produit tout au plus une fois tous les dix jours. Et là, c’est POUR NOUS!

On ne se lasse pas d’observer la grâce de ces animaux merveilleux qui nagent et sautent en l’air en groupes de trois ou quatre – exactement comme au « Sea World » de San Diego ou de Valenzia. Mais en pleine nature c’est encore beaucoup plus beau de voir comment ils tournent autour de nous et nous disent ‘en souriant’ – comme jadis FLIPPER – que la vie est belle. Quelle chance de pouvoir vivre ceci UNE fois dans notre vie ! Cinq minutes plus tard, il n’y a plus personne…ils sont partis aussi vite qu’ils sont venus.

LES BLEUES

Nous avançons doucement et tout à coup elles sont là, les baleines bleues argentées – et en plus, elles sont trois ! Elles sont ENCORE plus grosses et plus lourdes que les rorquals communs, elles peuvent mesurer plus de 30 mètres de long et peser jusqu’à 150 tonnes. Mais elles sont tout aussi élégantes et je ne peux pas arrêter de regarder et de m’émerveiller.

Elles descendent, puis remontent, nagent en cercle — et, d’abord très doucement, puis quasiment en version incantatoire, trois des Américaines chantonnent « Allez, maintenant, montre-nous ta queue, chérie…» Et les baleines sont tellement gentilles qu’elles le font toutes les trois l’une après l’autre pour nous dire bonjour! Je suis tellement abasourdie que j’ai rangé l’appareil photo et je suis heureux que mon voisin, Marc YOUNG, me donne SA photo :

Il est – c’est incroyable – chercheur de VIRUS et travaille souvent avec l’Institut Pasteur! Je l’invite spontanément, ainsi que sa femme Linda, à venir chez moi à Montmartre, dès que la Covid-19 ne sera plus qu’un mauvais souvenir.

Mais maintenant, nous avons faim et David passe rapidement du guide en mode stewart et nous sert de délicieux tacos farcis, des tomates et des quartiers d’orange ainsi que de l’eau minérale. Puis le capitaine met les gaz pour rentrer à Loreto. Nous sommes tellement enthousiasmées par cette expérience unique que nous nous rendons dans la même agence le lendemain – pleines d’éloges – pour réserver la deuxième excursion: aller voir les baleines grises du Pacifique vendredi.

Mais avant cela, nous goûtons deux jours de repos, dont l’un se passe avec un puzzle, accompagné de pluie et le second avec un bain de soleil sur notre terrasse, en compagnie du merveilleux chant du rouge-gorge local. Aujourd’hui, il va sauver un camarade coincé derrière une fenêtre, entre le rideau et la vitre, essayant en vain de sortir.

Le rouge-gorge sautille tout excité devant la fenêtre pour attirer notre attention et nous appelons les propriétaires qui libèrent le petit bonhomme. Et maintenant, pfft, ils s’envolent ensemble en chantant…

BALEINES GRISES

Cette fois, nous devons nous lever encore plus tôt, car nous avons un trajet de deux heures en minibus à faire pour parcourir les soixante-dix kilomètres à travers la SIERRA DE CALIFORNIA jusqu’à PUERTO ALFONSO LOPEZ. Tout d’abord la route monte en virages vers la Sierra.

Ensuite, il y a des vues spectaculaires

et la dernière partie est un tronçon long, droit et ennuyeux car c’est tout le temps la même chose: pampa et cactus à droite et à gauche.

Hormis Tony, notre chauffeur, il n’y a que Mi et moi dans le bus, ainsi qu’un père anglais et sa fille qui demain, après leurs deux excursions pour voir les baleines, reviendront à Los Angeles et de là « via le Grand Canyon et Las Vegas à San Francisco ». J’ai peur que ça ne marchera pas et je le lui dis : Donald Trump a décidé de fermer la frontière terrestre entre le Mexique et les États-Unis demain soir à minuit en raison de la propagation de la maladie en Californie! Nous venons tout juste de l’apprendre – avec la mauvaise nouvelle que notre vol retour Air France de L.A. à Paris est purement et simplement annulé ! Bien sûr, nous sommes préoccupées et ça gâche un peu la journée.

Lorsque nous arrivons au port, nous partons à bord d’un bateau encore plus petit que celui du lundi.

Je frémis un peu. Après tout, le Pacifique est à la mer de Cortez ce que la mer du Nord est à la mer Baltique. Mais pour l’heure, nous traversons une étendue d’eau très agréable et peu profonde, dominée par des dunes et de nombreux oiseaux aquatiques.

        

Drôle le cormoran séchant ses ailes.

Cependant, lorsque nous entrons dans les eaux troubles et remuantes du Pacifique, je dois m’accrocher à une corde qui se trouve sur le sol du bateau – et utiliser toute ma volonté pour faire comme si le remue ménage du bateau n’était « pas si mal » et regarder si j’aperçois les baleines la première. (Mais j’ai peur !)

Les baleines sont longues à venir et quand on les découvre enfin, elles ne sont pas du tout coopératives, elles regardent juste très brièvement de loin dans notre direction et disparaissent aussitôt à nouveau. Tony explique que les femelles ont presque toutes des bébés et ont donc tendance à rester sous l’eau. Dommage qu’il ne nous l’ait pas dit quand on a booké l’excursion !

Si nous avions su cela – que le vent rafraîchirait et que la mer serait «agitée» – nous ne serions pas venues. Je suis déçue. Et les Anglais le sont aussi.

Tony le remarque évidemment et nous invite à un merveilleux repas mexicain avec de petites entrées typiques, du poisson et des crabes pour compenser la fin de la visite, et nous le remercions beaucoup.

Le chemin du retour se passe en silence, car nous réfléchissons tous à la manière de rentrer en Europe au plus vite.

FINALE FURIOSO

Quand nous arrivons à Loreto, nous nous rendons immédiatement au petit aéroport et arrivons à voir le directeur. Il nous conseille d’aller par voie terrestre jusqu’à LA PAZ et de là vers MEXICO-CITY le plus rapidement possible afin d’obtenir une correspondance avec Paris. Nous n’aimons pas du tout ça, bien qu’il nous assure que La Paz est « très sûre ». Hm. Il n’y a qu’un seul vol par jour et il part l’après-midi. Nous en discutons lors du dîner et prenons la décision d’oser voler via L.A. le dimanche après-midi, car nous avons trouvé un vol de correspondance avec Air France le soir même et l’avons réservé immédiatement ! Trump ne va quand-même pas nous empêcher de passer quelques heures en transit à l’aéroport ? Après tout, nous étions au Mexique du lundi 9 mars au 22 mars, donc à QUELQUES heures près les 14 jours obligatoires que les Européens doivent avoir passés hors Europe pour pouvoir fouler le sol américain.

Alors nous faisons nos valises, informons le patron de « Bajaboss » Roberto que nous quitterons la maison dimanche midi, nous prenons une margarita d’adieu chez Pedro le dernier soir, nous rendons la voiture à l’aéroport et puis nous allons dans le hall du départ, après que nos petites valises cabine ont été inspectées sous toutes les coutures, chose qui ne nous était encore jamais arrivée. Mauvais présage ?

Soudain, nous entendons nos noms dans les haut-parleurs et, pressentant du vilain, nous nous dirigeons vers le desk, où le même directeur de l’aéroport nous dit:

Malheureusement, je dois vous informer que vous n’êtes pas les bienvenues sur le sol américain et que l’entrée vous en est interdite !

Ca, c’est la gifle! On essaie de négocier mais en vain – ses mains sont bien sûr liées. Il nous propose uniquement de réserver nos places pour mardi afin que nous puissions nous envoler pour La Paz.

Nous sommes totalement épuisées lorsque nous nous rendons au comptoir HERTZ, car nous sommes à nouveau sans voiture. Adrian, le directeur de l’agence, est extrêmement gentil, nous offre une voiture pour 25 $ pour 48 heures et nous rentrons chez nous en vitesse. Quelle chance qu’on soit dimanche et que les gens de ménage ne soient pas encore passés! Nous devons juste refaire nos lits et ensuite tenir un conseil de guerre. J’informe d’abord Tracy que nous sommes de retour – nous sommes toujours dans les dates convenues pour notre échange – mais bien sûr je lui raconte notre mésaventure. Sa réponse vient par retour de mail:

Vous pouvez rester aussi longtemps que vous le souhaitez, c’est une urgence!

Comme c’est gentil! Grâce à sa générosité, nous avons un toit au-dessus de nos têtes. Et nous avons à manger et à boire. Mais nous sommes très abattues. Nous n’avons pas l’intention de rester dans cet endroit, même s’il est à l’abri du virus (dans TOUT LE MEXIQUE il n’y a que deux malades jusqu’à présent !). Mais nous n’allons pas rester ici pendant des mois. Nous recherchons donc désespérément un VOL aller simple de Mexico-City à Paris. C’est fou avec quelle rapidité certaines agences profitent de la misère: CE SOIR, il faut raquer jusqu’à 3000 DOLLARS par personne pour un simple aller !! Je passe une nuit blanche à lire la presse sur ma tablette et décide, vu les nouvelles horribles de France et surtout de Paris, que lorsque nous serons saines et sauves, je passerai le confinement avec Mi à Saint-Maur.

Lundi matin nous sommes à l’agence (heureusement que Roberto et sa femme sont des personnes adorables qui comprennent notre situation !) pour appeler l’Ambassade de France. Il nous est conseillé de rejoindre la capitale Mexico, via La Paz par nos propres moyens – et cela le plus rapidement possible! Là, il y aura des membres de l’ambassade au comptoir d’Air France qui nous aideront à obtenir un vol pour Paris (tous leurs vols ne sont exprès pas affichés sur internet).

C’est exactement ce que nous faisons : nous nous renseignons sur les horaires du bus Loreto – La Paz et restituons notre voiture mardi midi au bureau HERTZ, qui se trouve juste en face de la gare routière. Cinq minutes plus tard, nous apprenons que notre bus est annulé à cause du Corona !

Ce n’est pas possible, nous sommes maudites ou quoi ?! Le prochain bus ne part pas avant ce soir – et comme nous avons déjà réservé le vol demain matin à 8h15 pour Mexico-City, nous devons donc passer la nuit à La Paz. Retour au bureau de HERTZ et location d’une belle Volkswagen avec laquelle Mi parcourt les 350 km en exactement cinq heures. Nous ne l’avions vraiment pas prévu, mais ce petit voyage à travers la partie sud de la Californie du Sud sous un soleil radieux par une bonne route toute droite est très agréable. Et l’arrivée à La Paz est spectaculaire!

La ville blanche dans une immense et magnifique baie nous séduirait certainement, mais après deux nuits très agitées, nous voulons juste manger tôt dans un restaurant, puis nous écrouler dans nos lits king-size. Demain matin, nous devons être à l’aéroport à 6 heures du matin.

Et là, le prochain coup du sort nous attend: notre vol est annulé à cause du Corona! Bien sûr, on nous met d’office sur le vol de 14H50 – mais cela veut dire que nous devons tenir HUIT heures dans la salle d’attente de l’aéroport. Maintenant je suis vraiment en colère et bien réveillée. Pendant que Mi s’occupe du retour de la VW – avec encore une fois un Mexicain qui, comme tout le monde, est extrêmement serviable et gentil avec nous – j’organise café et biscuits.

Au moins, nous avons nos cartes d’embarquement pour le vol de l’après-midi! Et quand nous nous asseyons enfin dans l’avion et que nous quittons le sud de la Californie dans un décor à couper le souffle, je ne suis que reconnaissance pour toutes les belles choses que nous avons pu vivre une fois de plus lors de ce voyage.

À Mexico-City (je n’ai jamais survolé une ville aussi immense auparavant – on peut le voir dans le smog – VINGT millions de personnes vivent ici !) nous avalons environ trois kilomètres de couloirs en galopant jusqu’à ce que nous rencontrions – alléluia! – vraiment des jeunes de l’ambassade au bureau d’Air France, qui nous offrent les deux DERNIERES places pour le vol direct de 19H50 pour Paris! Et vous nous ne pouvons même pas les embrasser…. En tout cas, nous n’avons JAMAIS été aussi heureuses d’entrer dans un avion.

Tout est bien qui finit bien – avec CHAMPAGNE, bien sûr !

Posts created 42

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut